Rechercher

Doit-on craindre la Corée du Nord?

Nicolas Bourgois

kim-jong-un

Ces dernières semaines ont vu une fois de plus la tension monter d’un cran entre la République populaire et démocratie de Corée (RPDC) et la Corée du sud. Le récent essai nucléaire réussi du 12 Février  et la rupture des accords de paix entre les deux pays, qui gelaient le conflit de la guerre de Corée depuis 1953, font craindre le pire.

Pourtant, est-il si évident de crier à la guerre nucléaire malgré les menaces explicites de Kim Jong-un? La Corée du Nord, pays totalement ravagé depuis la chute de l’URSS, est parvenu à s’assurer un statut inédit sur la scène internationale. Malgré une économie en déroute, un non respect complet pour les Droits de l’Homme et un comportement paranoïaque, la dictature soi-disant communiste est parvenue à survivre et même à créer un rapport de force avec de grandes puissances internationales, en premier lieu les États-Unis et son voisin japonais.

Les États-Unis dans le Pacifique

Ce qui explique cette attention imméritée ce sont avant tout ses relations très proches avec la Chine et son, très médiatique, programme nucléaire. Que le pays possède la technologie nucléaire, cela ne fait plus aucun doute : trois essais nucléaires, une centrale visible depuis l’espace et une propagande centrée sur cette question, suffisent à persuader tout observateur.

Mais ce potentiel offensif a t-il ne serait-ce qu’une chance d’être utilisé? Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les pays ”occidentaux” de l’Est asiatique (Japon et Corée du Sud) sont sous la protection du «parapluie» nucléaire américain. En effet, que l’on parle du Japon ou de la Corée du Sud, ces deux pays sont devenus au fil du temps des partenaires essentiels pour la politique étrangère américaine. Le Japon a ainsi pu se réarmer lentement, malgré l’interdiction de jure de leur constitution (écrite par les Américains) et la Corée du Sud a vue son alliance militaire avec la puissance hégémonique se renforcer. Ce renforcement diplomatique permet aux troupes et flottes américaines de sillonner le Pacifique d’une rive à l’autre et d’exercer une pression géostratégique sur son partenaire et concurrent chinois.

Classé comme un État voyou par la politique US depuis George W Bush, principal élément de l’Axe du mal, la Corée du Nord est pourtant inattaquable en l’état actuel. Le soutien logistique que la Chine maintient, cette perfusion économique envers une économie amorphe, et la protection diplomatique de cette dernière fait oublier toute forme d’intervention «au nom de la démocratie et des droits de l’Homme» à l’image des interventions au Moyen Orient et en Afrique. La Chine est le partenaire vital du régime de Pyongyang, et si cet allié est parfois gênant, il semble trouver sa place dans la politique et la stratégie chinoise à l’étranger. Il est très difficile de savoir comment s’oriente cette stratégie, mais l’existence actuelle de la Corée du Nord reste une grâce que la puissance chinoise peut virtuellement retirer à tout instant.

 Des menaces qui visent l’intérieur

Alors cette petite dictature survivra t-elle? Cette question est pour le moment sans réponse. Le rapport de force entre la Corée du Nord et la communauté internationale est principalement rhétorique, le pays maintien une traditionnelle pression à laquelle le régime est devenu totalement dépendant. En effet, dans un pays qui vit dans la perpétuation d’un climat de guerre froide et où un individu sur quatre est engagé dans l’armée, ces menaces ont un poids certainement plus important sur sa politique intérieur que sur les risque de guerre avec son voisin. Les dernières déclarations doivent, selon moi, être rangées dans cette catégorie : une simple rhétorique visant le maintien du régime sur le plan intérieur.

Il est presque devenu coutumier pour la Corée du Nord de crier à la guerre à chaque nouveau gouvernement sud-coréen, et justement la nouvelle présidente Park Geun-hye vient juste de prendre ses fonctions. Ces menaces ont même déjà culminer en novembre 2012 par le bombardement de l’île de Yeonpyeong qui a fait deux morts au Sud. Cet acte de guerre n’a pourtant pas dégénéré en conflit ouvert, il a cependant aboutit à la démission du ministre de la Défense sud-coréen.

La menace nord-coréenne est effectivement nucléaire, mais elle ne réside pas dans ses missiles mais plutôt dans ses ingénieurs. Le cas pakistanais et la prolifération nucléaire qu’il a engendré sont beaucoup plus inquiétant. Un homme comme le Dr.Abdul Quadeer Khan1 a certainement fait plus de mal pour la sécurité nucléaire dans le monde que la dictature héréditaire des Kim. Cette optique permet de mieux comprendre pourquoi les multiples disparitions d’ingénieurs en Iran font autant enrager les dignitaires islamistes, la puissance nucléaire ne réside pas dans les ogives mais dans la prolifération de leurs plans et de la technologie qu’ils impliquent.

 Malgré la fin de la Guerre Froide, l’équilibre de la Terreur se maintient et rend virtuellement impossible toute attaque de nature atomique. Utiliser la bombe contre une des grandes puissances atomiques signifie, pour un pays comme la Corée du Nord, un anéantissement total.

1http://en.wikipedia.org/wiki/Abdul_Qadeer_Khan#North_Korea.2C_Iran_and_Libya


******
Les propos tenus dans cet article n'engagent que l'auteur et ne représentent pas nécessairement l'opinion du Démagogue.

Commentez via Facebook »


Un Commentaire »

  • Olivier dit:

    Belle analyse
    La Corée du Nord peut craindre sa propre disparition en cas de guerre nucléaire. Mais ne serait-elle pas déjà de nature un peu suicidaire? Je ne dirais pas totalement qu’elle ne mettra jamais ses menaces à exécution. Jusqu’à ou serait-elle prête aller? Ce pays est bien attaché à ses valeurs patriotiques “un individu sur quatre est engagé dans l’armée”.
    Mais avant tout ça une question me taraude sur le nucléaire coréen. Comment ce pays si renfermé arrive-t-il à se doter d’une telle technologie. Leur récent essai a été un succès. La réalisation d’un tel essai nécessite cependant l’acquisition de matières premières et de technologies que la Corée du nord ne possède pas.
    Je me dis qu’il y a une liste de fournisseurs qu’on ne connait encore pas.

Ajoutez votre commentaire ci dessous, ou ajouter un rétrolien (trackback) vers votre propre site. Vous pouvez aussi suivre ces commentaires via RSS.

Veuillez SVP rester respectueux dans vos commentaires et opinions. Aucun spam ne sera toléré.

Vous pouvez utiliser ces tags:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>